Wreck And Reference : pas de jeunesse, pas de contenu, juste du talent

On a un peu piqué l'image à Invisible Oranges.

On a un peu piqué cette photo à Invisible Oranges.

Il est de ces artistes qu’on ne sait pas vraiment rentrer dans une case. Metal ? Shoegaze ? Drone ? Doom ? Noise ? Screamo ? Experimental post-everything ou tout ça à la fois ? Wreck And Reference, c’est un peu tout ça à la fois. A l’issue de la sortie d’un 2-track album, No Content (ou Content) les Californiens s’établissent un peu plus dans un paysage musical sclérosé par les concepts, armés jusqu’aux dents de nappes aux drones douloureux.

Vous connaissez HML : là où ça fait mal, ça fait du bien.

Wreck And Reference est un duo californien. Une batterie, un sampler Korg et des voix étranges peuplent l’espace sonore du groupe. Du déjà-vu ? Pas si sûr. La musique de W&R revêt de nombreux aspects. La seule constante de Wreck And Reference : l’inconstance. Les chansons du duo sont variées, à un point que classer la zik d’Ignat et de Felix semble impossible.

a1155136193_10

Inconstance magnifique

Un critère d’excellence, aussi : un esprit de composition assurément progressiste. Wreck And Reference peut développer un murmure qui deviendra un râle insoutenable sur fond de blastbeats et l’accompagner de nappes s’empilant les unes sur les autres jusqu’à s’unir dans un drone majestueux et au volume agressif. Par exemple. Ou quand le vilain, le moche, le dégueulasse et le crado, par extrémisme, touche du doigt le Magnifique. Oui, à la manière du Black Metal originel.

C’est ce qui nous a convaincu dans Black Cassette et son brillant successeur, No Youth (ou plutôt Youth). Wreck And Reference s’avérait alors être un brillant assemblage de bric et de broc mêlant détresse du quotidien, dégoût de cette race humaine pseudo-supérieure et bruits samplés pour mettre tout ça en musique. W&R convoque A Place To Bury Strangers autant que Burzum.

Losers magnifiques, amoureux de la haine, nihilistes et simples passionnés de musique, cette musique est pour vous.

Un univers graphique au réalisme frappant.

Un univers graphique au réalisme frappant.

Radical, extrémiste, brillant.

Le duo revient avec deux nouvelles chansons pour un petit EP baptisé No Content (oui, Content, vous l’aviez deviné). No Content, donc, et pourtant il y a du contenu. Un peu, certes, mais du toujours aussi bon. Assez, en tout cas, pour que je vous propose de vous y arrêter.

Arrêtons là l’exercice de diarrhée verbale du journaliste musical nombriliste et concentrons-nous désormais sur l’essentiel. Ca tombe bien : toute la discographie de Wreck And Reference est disponible, gratuitement, sur leur page bandcamp. Courez-y ou crevez.

Au passage, une interview de ces messieurs, passionnante, est à lire sur l’excellent zine anglophone Invisible Oranges.

Theo Chapuis

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s