Mobütu – Axl Rose Is Dead

Franck, Axl (ou ce qu'il en reste), Maturin, Fabrice, Artwork par Stan-W D. Ouais, en plus d'être un roux obèse qui phagocyte ses fans, Axl Rose est aussi un zombie décapité à la gloire du bon, de la brute et du truand.

Franck, Axl (ou ce qu’il en reste), Maturin, Fabrice, Artwork par Stan-W D.
Ouais, en plus d’être un roux obèse qui phagocyte ses fans, Axl Rose est aussi un zombie décapité à la gloire du Bon, de la Brute et du Truand.

Rock’n’roll, baby

Suivez le groupe sur Myspace, Soundcloud ou Reverbnation.

Oyez Oyez ! Mobütu vient de sortir son premier EP officiel : Axl Rose is Dead ! Mobütu, vous ne connaissez pas ? Si vous ne vivez pas entre Paimpol et Bayonne, si vous n’aimez pas le Hard Rock primitif et l’humour douteux, en plus d’avoir raté votre vie, on peut comprendre que vous ne remettiez pas. Comme quoi, parfois il y a du bon qui sort de Vendée (autre que la consanguinité galopante, les Von Pariahs et MC Circulaire, hein).

Mobütu ça vient de Fontenay-Le-Comte et compte une centaine de dates à son actif sur près de quatre ans d’existence. Donc, le groupe est un power-trio où le bassiste, Maturin (et ses patates-toniques hors du commun) est aussi le chanteur, où le guitariste, Fabrice est un sorcier frappé par la foudre ; quant à la machine de guerre implacable planquée derrière les fûts, on l’appelle Franck. Il serait aisé d’évoquer l’image de Motörhead lorsqu’on parle de Mobütu, de dresser un tel parallèle, mais ça serait aussi très réducteur…

Décrire un univers musical, ou la création de quiconque n’est pas forcément aisé. Mais Mobütu, en peu de mots, ça serait du Rock’n Roll brut de décoffrage fasciné par le metal. Elvis Presley sous stéroïdes, fanatique des Ramones et qui fantasmerait sur du Judas Priest burné ? Peut être pas à ce point-là… Bien que…

941504_10201225094934262_823083311_n

On a vu notre fameux Power Trio Vendéen jouer moult fois Emergency (vous savez ce morceau que Tête-de-Moteur avait repris des Girlschool). Mais encore, chaque show est clos par une version surgonflée de Tutti-Frutti. Et il nous est arrivé d’assister à des bœufs autour de Mannish Boy, Another One Bites The Dust, ou Blitzkrieg Bop même. Et, à chaque fois, à la fin de chaque show, on repart les oreilles sifflantes, les côtes en purée et la nuque en fusion. Mobütu, ça te chope, ça groove et ça te racle la gueule. Et, si tu n’aimes pas, c’est que tu n’aimes pas le Rock’n Roll.

VIDEO : Mobutu au Fouloir Saint Herblain (Nantes) 8… par iVal

Alors Axl Rose Is Dead… Déjà, l’artwork pour un premier vrai EP est très propre (un travail de Stan-W D .), on a même le droit aux paroles lorsqu’on ouvre, tel un livre, la petite pochette (ce qui tue définitivement la rumeur qui disait que Maturin ne faisait que du yaourt). Le son, quant à lui, est d’une propreté fort appréciable (œuvre du Studio Nomad audio, rendons à César…).

Camarade Mobütu

Les six titres parlent de Rock : Go Go Go Hail Rock’n Roll en serait presque émouvante, commencer l’EP de la sorte en est évidemment symbolique. Ça parle de cul, ça se fout un peu du Helllfest, ça fume le capital (d’ailleurs, Franck aurait-il le poing levé sur la jaquette?), et, donc, ça crache sur les politiques, sans toutefois tomber dans les ornières d’une dénonciation facile et partisane (je la replacerai celle-là).

fabrice

Musicalement, évidemment, je ne vous dirait pas le contraire, ça dépote, c’est du Rock’n Roll pur jus. Reign Of Pigs avec son introduction groovy est superbement brutale, Outlaw Rockers sonnerait presque comme un pastiche fort bien gaulé, un hommage même, à l’œuvre de la bande à Lemmy. Slurp on Venus (éloquent, n’est-ce pas ?) se voit affublée d’un splendide solo en tapping qui, jamais ne fait montre d’un quelconque étalage superflu de talent. Bref, c’est gras mais chirurgical, martial, dansant, jouissif. Propre, bluesy et bourrin.

Le LP, c’est pour quand ?

Court. Cet EP est court. Oui, rien n’est parfait (à part les tartes aux pommes de ma mère). Un quart-d’heure de bonheur, on en redemanderait bien, surtout que la sélection de morceaux sur la galette ne rend pas forcément hommage à tout le savoir-faire du trio. Certes, les morceaux sont terribles, mais, d’un point de vue strictement personnel (de toute façon, OSEF le but d’une chronique est de faire du hautement subjectif), un petit Hell’s Cat In Rut ou FLC Rock’n Roll City ne m’auraient pas déplu. Enfin, un EP, ça sert à laisser sur la faim non ? Histoire d’attendre un hypothétique LP… ou les concerts.

62729_155335147820890_2989830_n

Concrètement, et autour de la Vendée, quelques groupes sortent particulièrement du lot par leurs prestations vraiment Rock, brutales, pures, où le blues originel transparaît, suinte, rejaillit par un espèce de réflexe quasiment atavique, et ce, sous un vernis Punk (hardcore même) et/ou métal. Évidemment, ici je parle de Mobütu, mais, ils pourrait aussi être question de Warmachine, des New Assholes, des Crawling In Sludge… Et, soyons fous, de Manzer.

Blood, sweat and rock’n’roll

Vous faire une courte chronique de cet EP, c’est avant tout parce que j’aime le Rock quand il est dansant et viscéral. Mais le meilleur du son, c’est encore quand il jaillit du fond d’un bar un peu crade et chauffé à blanc, comme une espèce d’onde qui fait vibrer les verres d’où s’évapore la bière. Puis, les synapses enfouies sous ton crâne se mettent à se liquéfier et tu redeviens un néandertalien en transe, tu as juste envie de secouer les tiffs ou de cogner sur le premier venu avec un fémur de diplodocus avant de retrouver Jane dans la grotte pour lui faire des bébés tarzans. Et un show de Mobütu, ça offre tout ça : c’est religieux, c’est magique, c’est païen, c’est la base. Pour tout dire, je m’en voudrais si vous ignoriez le passage d’un tel groupe près de chez vous sous prétexte d’en avoir jamais entendu parler sur HML.

Mais encore :

eMet Aguirre.

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s