Scars, voix/guitare de Christicide : « Les métalleux n’affrontent pas le monde réel »

Selon Scars, Upheaval Of The Soul est enfin prêt à sortir.

Selon Scars, Upheaval Of The Soul est enfin prêt à sortir.

On a écouté Upheaval Of The Soul. Enfin. Après un live et une poignée de demos et de splits, Christicide donne une suite à la majesté de son premier LP éponyme. C’était l’occasion rêvée pour un entretien avec Scars, le chanteur-guitariste du groupe langrois. Au programme : abattage de clichés sur les groupes de BM, état des lieux de la hype dans la scène Black et autopsie d’Upheaval Of The Soul, ce second album qui s’annonce, déjà, comme une sacrée tuerie. Hein les cocos.

Tout d’abord, il faut dire qu’on en sait assez peu sur vous. C’est vrai, tiens. Raconte-moi un peu votre parcours avant Christicide.

Musicalement j’ai pour ma part joué dans plusieurs groupes de death metal avant de créer Christicide. Ces groupes n’ont mené nulle part. Les autres membres ont probablement subi le même sort, mais je ne souhaite pas répondre à leur place… Humainement, nous étions des adolescents fascinés par la découverte de l’Obscurité et régis par une grande hostilité envers le monde. A vrai dire c’est toujours le cas.

Votre premier LP, éponyme, m’a botté. Du second, Upheaval Of The Soul, seule la chanson Demon’s Breath a filtré pour le moment. Peut-on en savoir plus sur celui-ci ? Est-ce que vos motivations à écrire sont toujours les mêmes ?

Upheaval Of The Soul contient 6 titres pour une durée approximative de 45 minutes. La version vinyle sortira comme à son habitude chez Of Crawling Shadows Records et la version CD sera une coproduction entre Those Opposed Records qui s’occupera de la distribution en Europe, et Hospital Productions qui s’occupera de la distribution sur le sol Américain. Ce dernier label réalisera également la version tape.

L’écriture chez Christicide n’est pas quelque chose d’inné. Le groupe, à travers les années, l’a bien démontré. Nous ne sommes pas très prolifiques car nous n’avons pas toujours quelque chose à dire. Et plutôt que d’apprendre à répondre au marché actuel, nous avons préféré apprendre à savoir nous taire quand c’était nécessaire. Le deuxième album a été enregistré il y a un an et demi et certaines chansons sont bien plus vieilles. Nous jugeons maintenant que ces chansons sont à l’épreuve du temps et décidons donc de sortir cet album.

Ces motivations qui nous poussent à écrire et que tu abordes sont bien sûr toujours les mêmes. Et par respect pour elles, ce qu’elles nous ont apporté, où elles nous ont mené aussi bien musicalement que spirituellement, il était entendu de ne pas les brusquer inutilement pour répondre à une demande quelconque.

upheval_cover_roman-antique

Le visuel d’Upheaval…, ou quand Satan rencontre Mucha.

En quoi ce prochain LP sera-t-il différent de votre premier disque éponyme ?

Tout y sera plus profond. Les intentions, les résultantes… Il est le fruit d’une maturation prononcée aussi bien spirituelle que musicale. J’apprécie le côté impétueux et juvénile du premier LP. Il était un pas nécessaire pour le groupe et en tant qu’individu. Et comme beaucoup de premiers albums, il sert désormais de base depuis laquelle on peut s’élancer et progresser.

Plus concrètement, les chansons sont plus aérées que sur le premier album, pourtant le côté « transe » qu’on nous attribue souvent est toujours présent. Tout y est accentué. Les parties rapides sont plus rapides, les parties éthérées plus éthérées, le son est meilleur, la brutalité accentuée… Le progrès est réellement là, ce qui, bien entendu – et tant mieux – nous vaudra l’abandon d’auditeurs trop attachés au premier disque pour se donner la peine de comprendre le second. C’est dans l’ordre des choses et cela ne nous dérange pas. Nous croyons en l’évolution et non en la stagnation.

Peux-tu donner quelques clés sur la substance de tes paroles ?

Les paroles ne font état d’aucune propagande comme beaucoup de groupes, et les « vérités » énoncées ne sont que les miennes. Il serait présomptueux de faire état d’une pseudo-stase infernale dans un monde perpétuellement victime, ou heureux bénéficiaire, d’une évolution sans cesse grandissante et d’un bouleversement spirituel constant…

Les paroles sont des fictions, des récits naissant de réflexions ou parfois de choses réelles. Elles sont souvent très ancrées dans les visions de l’esprit sans pour autant être dénuées de réalisme. Ces choses nous font peur, nous donnent des frissons de plaisir aussi, mais par dessus tout reflètent notre vision globale de la vie, nos espoirs dans la mort, notre amour de la nuit, le sang, les os, le principe du Mal, la fin de la dualité, les merveilles du Diable.

Christicide live 2011

Sin, l’autre guitariste du groupe champennois.

Je pense que vous avez su me faire retrouver la passion de ce Black Metal old-school. Pourtant, est-ce que des formations comme Katharsis, Leviathan ou Craft t’inspirent ?

Je n’écoute pas Craft et ne connais pas Leviathan. Katharsis est un groupe à soutenir aveuglement, mais leur musique est très différente de la nôtre. Cependant, étant contemporain de ce groupe nous avons probablement des inspirations/références communes, ce qui peut expliquer certaines choses peut être.

On en entendait beaucoup parler ces temps-ci : que t’évoque la vague de Black Metal à la Wolves In The Throne Room, Altar Of Plagues ou Liturgy ?

Je ne connais pas ces groupes.

Vraiment ? Tu ne connais pas cette nouvelle vague que certains nomment le « cascadian metal »? Tu n’en as jamais entendu parler, ou jamais écouté ? Te tiens-tu à l’écoute de l’actualité musicale ?
Non vraiment je n’ai jamais entendu parler de « cascadian metal ». J’ai déjà vu le logo Wolves In The Throne Room ici et là mais c’est tout.
Altar Of Plagues et Liturgy me sont absolument inconnus. Ce qui ne signifie pas que je ne me tiens pas au courant de l’actualité musicale. Cette dernière est si vaste qu’une seule vie ne suffirait pas pour couvrir entièrement un seul mouvement. Et puis il y a l’envie, les besoins et les priorités. Mais je découvre toujours régulièrement des choses très intéressantes dans divers styles.
christicide_(the true logo of)
A ce propos tu  cites, parmi tes nombreuses influences, Blut Aus Nord. Que penses-tu de tournant qu’ils ont pris avec leur dernière trilogie, ou simplement depuis leur disque MoRt en 2006 ?

Blut Aus Nord est un groupe que j’apprécie musicalement depuis ses début. Et les derniers albums sont vraiment très bon. Il n’y a que MOrT que je n’ai pas apprécié. Mais Thematic Emanation était génial et nous l’écoutons encore très souvent ici.
En parlant de Black Metal français, quels sont les artistes de ce genre musical qui valent le coup d’être suivis, selon toi, en France ? Lesquels t’ont mis une claque récente, que ce soit en concert ou en studio ?

S.V.E.S.T, Inkisitor, Antaeus, Drastus. Je n’écoute pas énormément de Black Metal français. Pour moi ce style n’a pas de frontière. Par ailleurs je précise que Christicide compte en ses rangs des amateurs de death metal, un style différent mais que nous écoutons beaucoup. Mais bon, nous restons dans les sphères du metal extrême.

Ton batteur, Ardraos, est depuis peu crédité au line-up de Peste Noire. Que penses-tu de la musique et du discours de Famine ?

Ardraos est batteur dans de nombreux projets, je ne les connais pas tous. Je ne suis pas en contact avec Peste noire, ne connais pas leur musique et leur discours ne m’est pas familier. Désolé.

Entre la sortie sur des labels assez conséquents (Season Of Mist notamment) de groupes de Black Metal comme Deathspell Omega, Inquisition, Hell Militia, Destroyer 666… peut-on croire, comme je l’entends beaucoup autour de moi, que le Black Metal a laissé un peu de son âme derrière lui ? Je ressens beaucoup de mépris pour ces groupes dans certains milieux. Quel est ton opinion à ce sujet ?
Il faudra un jour qu’on m’explique en quoi le label sortant le disque peut avoir un impact sur l’art lui-même… Si un groupe est mauvais, il est mauvais uniquement par sa faute. Pas par celle de son label. Et inversement, si un groupe qui sort une perle la sort sur un label UG Mongolien ou sur Warner, ça ne changera rien, la musique restera excellente. Tout ça n’est qu’affaire de jalousie je pense. Et l’âme du Black metal n’est pas dans les t-shirts, la promo, les flyers, etc… Elle est dans la musique et le discours du groupe.
Le petit black métalleux lambda aime bien dire ce qui est juste ou pas, mais ce qui lui pend au nez ce n’est pas la reconnaissance de ses potes à patchs, c’est de se faire aplatir la gueule sur un mur le jour où il emmerdera la mauvaise personne. Garde tes patchs, va acheter tes versions die hard et reste dans ta petite bulle protectrice où tu es persuadé d’être quelqu’un. Le metal c’est bien, les métalleux c’est chiant la plupart du temps… Ça n’affronte pas le monde réel, ça se réfugie dans la petite société du metal…
296191_250407118345082_100001273880840_761634_1693579388_n - Copie

Christicide se goûte aussi bien sur scène qu’en vinyle.

A-t-on une chance de vous voir quelque part en tournée dans les temps qui viennent ? Répondriez-vous présent à une occasion de Hellfest si elle se présentait ?

Après beaucoup de mauvaises expériences, nous allons devenir plus que sélectifs en ce qui concerne les concerts et je pense que désormais nous allons privilégier la qualité à la quantité. Aucune tournée n’est actuellement prévue. Quand au Hellfest, peut-être un jour. Si une proposition est faite, nous l’étudierons avec attention.

Tu parles de « mauvaises expériences » de concerts. De devoir privilégier la qualité à la quantité. Que s’est-il passé ? Les conditions de concert n’étaient-elles pas à la hauteur ?
Ce sont en général de mauvaises conditions au niveau du son, ou de l’ingénieur du son lui-même. Pour moi, c’est essentiel pour faire un concert de qualité. Ne rien entendre sur scène est un calvaire…. Mais oui, c’est également à cause de certaines organisations assez pitoyables. Par contre nous ne sommes pas un de ces groupes où les membres ne se supportent pas et où le fait de rester ensemble trop longtemps crée un stress particulier. Nous nous supportons très bien en concert et en tournée.

16346609

Allez, tout le monde la déteste, cette question-là : cite-moi ton top 5 des disques qui t’ont marqué à tout jamais.

Question difficile…

Bathory – Bathory

Ophthalamia – A journey through Darkness

S.V.E.S.T – Urfaust

Dissection – Storm of the light’s bane

Sepultura – Arise

Mais restent The Awakening de Merciless, A Blaze In The Northern Sky de Darkthrone, Written In Waters de Ved Buens Ende, Final Holocaust de Massacra, Rebel Soul de Damnation, The Number Of The Beast, Melissa, les demos de Mysticum, de Mordor, de Thergothon, Memoria Vetusta I de Blut Aus Nord, Aequilanx d’Asmodée

Propos recueillis par Théo Chapuis, photos DR.

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s