Bref, j’ai vu Sunn O))) en concert, et je me suis fait ch**r

Image

J’ai assisté samedi soir avec Sunn O))) à un des concerts les plus chiants qu’il ne m’ait jamais été donné de voir. Et pourtant, dieu sait que je rêvais de les voir depuis au moins cinq ans, pour expérimenter une de ces prestations démentes que tout le monde décrit. Au final j’aurai eu dix  minutes convenables avec Orthodox Caveman suivie d’une heure de masturbation, d’un nombrilisme indécent, jouant sur un concept éculé et une gestuelle d’autant plus ridicule qu’on la sait hypocrite, les O’Malley & Co étant de réputation parmi les mecs les plus fendarts qu’on puisse trouver en backstage. En face, un public conquis, répondant aux invectives du groupe et levant les mains en l’air, les doigts et le visage crispé, dans une transe bien contrôlée. Rendez-vous au merch’ les gars, 5 balles dans un sac en tissu moisi pour y ranger ton poster à dix balles et ton hoodie à 40 mais qui en jettera trop dans le métro.

Droning is my business, and business is good…

De mon avis, Sunn O))) va trop loin, tout comme une partie de la création musicale expérimentale moderne. C’est eux que j’ai vu hier soir, mais je mets dans le même paquet les musiques bruitistes de geeks à Macbook, les musiques d’ambiances basées sur trois notes et autres fieldrecording poussifs. Et j’en passe, et des meilleurs. Black One a repoussé avec brio les frontières du drone que Earth avait solidement posées il y a vingt ans, mais a ouvert en même temps la boite de Pandore à une époque où il devient trop facile pour n’importe qui de sortir n’importe quoi qui sera immédiatement catalogué « expérimental » et acclamé par un public et une chronique avide.

Je me pose donc la question : A-t-on tout vu et tout entendu au point d’en vénérer une non-prestation comme celle de Sunn O))) hier soir ? N’y-a-t-il plus de vibrations à trouver hors de cette escalade d’inconsistance extremiste? Est-on obligés d’en recourir à une heure et demie de n’importe quoi pour continuer à ressentir quelque chose face à de la musique ? Je ne le pense pas. Mais Sunn O))), comme tous ses copains, c’est aujourd’hui comme ces tableaux vides de sens que l’on voit dans les expositions d’art contemporain. On n’y comprend que dalle, mais on se doit d’aimer, même si ca frise le foutage de gueule. Avec le même matos, mes petites nièces feraient la même chose. Mais bon, les toges seraient trop grandes.

Evidemment, j’ai beaucoup de respect pour Sunn O))) et ce qu’ils ont fait (surement plus que pour tous les suiveurs), et cet article n’est que le reflet des pensées qui m’ont traversé l’esprit durant le concert d’hier soir. Son contenu n’engage que moi et a pour but de susciter le débat sur cet aspect de la création musicale…


Une réponse à “Bref, j’ai vu Sunn O))) en concert, et je me suis fait ch**r

  1. Lamentable cette chronique…
    Et c’est toujours le même problème: tes nièces peuvent faire la même chose…. Certes, mais auront-elles conscience de ce qu’elles sont en train de faire? Sauront-elles où elles vont? Seront-elles capables de maîtriser les monstres que sont leurs amplis?
    Oui, n’importe qui peut faire « droner » son instrument, mais est-ce que n’importe qui est capable de comprendre dans quel sens il drone et pourquoi il drone?
    L’absence de sens est une fausse excuse vu qu’on est plus dans le domaine du sens mais de la sensation, cela a toujours été revendiqué par Sunn O))). L’aspect et l’impact physique de leur musique est ce qu’il y a de plus important. On peut ajouter à ça le rapport au temps que la musique étire ou contracte.
    Et pour finir, même s’ils sont les plus plus populaires, Sunn O))) sont des suiveurs… De Earth d’abord, de la scène free noise psychédélique ensuite et pour finir par certains messieurs qui dronaient déjà dans les années 60: La Monte Young, Tony Conrad, Charlemagne Palestine, etc. Et si on prend le drone pour ce qu’il est, à savoir juste un concept musical, ça existe de puis la nuit des temps ou presque.

    Pour faire une analogie avec le cinéma et prouver que je suis stupide (oui :)), la musique de Sunn O))) est comme un film de David Lynch: on n’y comprend rien mais on se sent différent et touché de différentes façons quand on le regarde. C’est pour ça que je regarde les films de Lynch et que j’écoute Sunn O))): juste pour cette distorsion de la réalité (espace et temps) sur laquelle on arrive pas à mettre de réflexions fallacieuses.

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s