Neptrecus – self titled demo – 05 décembre 2011

« Black Metal de France », from Paris

Dispo chez Mortis Humanae Records

Ce disque, comme tant d’autres productions de Black Metal, est la preuve irréfutable que ce genre de musique est d’une inertie indécrottable. Deathspell Omega, Blut aus Nord, Leviathan et Dodecahedron ont eu beau changer la face du BM depuis des années désormais, rien n’y fait. Neptrecus estime encore pertinent, comme beaucoup, de se repaître d’un bon vieux Black Metal épique et frontal.

Pour être tout à fait honnête, la première demo de Neptrecus n’est pas un si mauvais disque. Pour peu qu’on aime le black épique et old-school. Et qu’un album de BM soit empreint d’un feeling über-mélodique tout au long du disque. Oui, faut aimer. Quoi qu’il en soit, on remarque la variété des riffs et la construction plutôt réussie de la plupart des quatre pistes. L’honneur en revient à Svarga qui a tout d’abord monté Neptrecus tout seul comme un grand. Si le groupe est aujourd’hui composé d’un line-up complet, la demo n’a été enregistrée que par ses bons soins.

Une demo, donc. Inutile alors de déplorer le son infâme de la batterie électronique. Car plus triste encore est le sort infligé à la voix de Svarga : une bouillie informe et gavée d’effets tient lieu de vocaux, maladroitement poussés trop en avant dans le mix. Dommage pour un groupe dont le concept « consiste simplement à jouer un black metal français qui rende hommage à notre langue et à notre culture » (extrait de l’interview de Skaga dans In Extremis #49), parce que pour le coup, on ne comprend pas grand-chose à ce qu’il raconte…

Ca n’aurait pas été si grave si les riffs de Neptrecus avaient ce truc qui fait qu’on repose le disque sur la platine régulièrement. Vous savez, ce truc que vous fait un album lorsqu’il se termine et qu’on sent à nouveau ce silence lourd et pesant. Le groupe parisien ne provoque pas ce sentiment. Et qu’on ne vienne pas me dire « Oui mais c’est une demo, c’est normal, le son n’est pas au top ». Eh bien tant pis : j’écoute régulièrement des groupes avec des sons plus crados. Et même, j’en reprends deux fois.

Le problème de Neptrecus, en fait, c’est son absence d’inspiration. Piochant de façon éhontée chez Marduk (l’Eternel Sablier), Immortal (le pont de cette dernière) ou encore Dissection (Magna Grecia, l’inutile solo d’Auld Alliance, l’Aube du Déclin), Neptrecus ressemble parfois à un piètre groupe de covers de black scandinave de la fin des années 90. On se demande donc légitimement ce que son « Black Metal de France » a de si français…

Bon. C’est vrai, j’suis pas sympa, là. Quelques riffs méritent quand même l’écoute et finalement, chaque chanson a son bon moment. Quand on le cherche. On se prend à aimer le final de Magna Grecia, à trouver un certain charme aux quelques vocaux qu’on attrape au vol, au pont d’Auld Alliance – avant qu’il ne soit gâché par la voix de Svarga. Décidément j’y arrive pas.

Donc voilà : même s’il y a un certain potentiel, les mélodies se phagocytent entre elles, les riffs sonnent affreusement pompeux dès la troisième écoute, les choeurs de l’Aube du Déclin sont la cerise sur le gateau du mauvais goût et finalement, je me rends compte que j’essaye trouver de quoi sauver cette première demo par le biais d’une phrase beaucoup trop longue.

Aujourd’hui, Neptrecus est en voie de sortir son premier véritable album. De deux choses l’une : soit la formation s’empâte dans ses travers grotesques, soit Neptrecus puise dans la force de son tout nouveau line-up pour forger sa propre personnalité, son propre Black Metal, son propre bon disque. Allez, on fait comme si celui-ci n’existait pas et on recommence ? J’ai bon espoir.

Au boulot, les gars.

4/10

Locust Star.

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s