Black Metal is alive : Cobalt – Gin – 2009

Les petits ménages de printemps ont ramené dans ma chaine hifi trois groupes de black hors du commun qu’il est bon de se remettre dans les oreilles de temps en temps. Les vieux geignards se rapprochent déjà en arguant que « c’est pas du black ». Comprenez « les mecs se la jouent pas panda évilo-SM ».

Ben ouais, ils en ont eu marre du sur-place, alors ils sont partis écouter autre chose avant de revenir au bercail. Ca donne Gin de Cobalt, Aesthethica de Liturgy et Dimensional Bleedthrough de Krallice. Merci d’exister les gars.

Aujourd’hui, donc, Cobalt.

 

 

(je ne pouvais pas resister, voici aussi la quatrieme de couverture)

 

Je n’aimerais vraiment pas être dans la tête de ses deux mecs là. Pour sortir un album aussi barré et crade que Gin, il faut une bonne dose de folie, que McSorley a peut-être ramené d’Irak. Servi par un son dantesque (batterie archi triggée, guitares-tronçonneuses sur une production léchée), Cobalt se comporte comme le parfait bipolaire : impossible à suivre et anticiper, breakant dans tous les sens, passant du refrain catchy à l’attaque black métal frontale typique pour finir en trombe sur une cavalcade de riffs plus timbrés les uns que les autres. Bordel que c’est bon. Sans parler de ces voix, qui alternent entre le mystique en voix claire, les beuglements hardcore et les grognements
ignominieux.

Le chef d’œuvre.


Arnaud.

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s