Mehdi Safa, Shelsmusic : « Heavyiness is a feeling, not a sound »

 

Mehdi Safa (*shels/Mahumodo/Ancients) est un amoureux inconditionnel de la musique. Et c’est au moins de l’amour qu’il faut pour diriger un label indé tel que Shelsmusic. Ancients, *shels mais aussi Black Sheep Wall, Admiral Angry, Latitudes, Sons Of Noel & Adrian ou encore Ef… C’est à cet homme-là que vous les devez.

 

HML : Salut Mehdi ! Peux-tu, tout d’abord, nous présenter Shelsmusic ?

Mehdi : Ahoy! Eh bien Shelsmusic est un label indépendant que j’ai lancé en 1999 pour les sorties de mon propre groupe à l’époque : Mahumodo. En 2003, nous avons sorti notre premier album officiel avec Waves de Mahumodo, donc. Peu de temps après avoir sorti Waves, j’ai déménagé aux US et commencé à travailler pour plusieurs labels à LA. Shelsmusic a été boosté avec une unique sortie (le premier EP de *shels, Wingsfortheirsmiles) en 2004. Ainsi, en 2007, j’ai décidé d’en faire mon objectif principal. En ce temps-là, je travaillais pour une maison de disques à Pasadena et tout se passait plutôt bien pour moi. J’ai pu économiser et donner du poids à Shelsmusic.

En 2007, nous avons sorti le premier EP de Latitudes, Bleak Epiphanies In Slow Motion, et le premier album de *shels, Sea Of The Dying Dhow. A partir de là, de jour comme de nuit, mon travail était de m’occuper d’un label indépendant. Et c’est toujours plus ou moins la même chose aujourd’hui. Je m’occupe de Shelsmusic sérieusement et en suis toujours l’unique employé ! Mais cette interview n’aurait jamais eu lieu sans l’aide d’une stupéfiante liste d’amis et de membres de ma famille (…et de cartes de crédit).

Aujourd’hui, je vis à Temeluca, Californie, d’où je dirige Shelsmusic. Je m’occupe aussi de mon home-studio où je produis la musique de *shels et je gère le mastering et le mixage pour d’autres groupes.

Sons Of Noel & Adrian

Je sais que tu as joué de très nombreux instruments de musique depuis ta prime jeunesse. Mahumodo, *shels, Shelsmusic… Tu es un musicien plutôt occupé, non ? Ta passion pour la musique remonte-t-elle à l’enfance ?

Ouais, absolument. Je crois que j’avais 2 ans quand j’ai chanté ma première chanson – j’étais amoureux de The Gambler de Kenny Rogers, j’avais appris les paroles et j’adorais la chanter. Mon autre grande passion était d’apprendre à jouer les génériques de mes émissions préférées sur un petit clavier Casio que j’avais.

J’ai essayé d’apprendre à jouer d’un instrument de musique correctement, mais ça n’a jamais vraiment marché – J’ai toujours détesté les leçons, que ce soit d’enregistrement, ou de flûte à bec (que j’ai choisi uniquement parce que je trouvais que la flûte c’était trop classe : brillante et simplement géniale (ndlr :??!). Quand j’ai déménagé en Angleterre (j’avais 10 ans), j’ai entendu cette chanson appelée Baker Street et il y avait ce trait de saxophone. J’en suis tombé amoureux et n’ai plus voulu qu’à apprendre à en jouer. Mes parents m’ont alors acheté un saxophone et j’ai appris à en jouer pendant deux ans. A nouveau, j’ai détesté les leçons et finalement arrêté d’en jouer. J’ai ensuite commencé la guitare à 13 ans. J’ai acheté une Washburn noire d’occasion (que j’ai toujours) sur Loot Magazine. J’étais déterminé à apprendre tout seul et à ne pas prendre un seul cours. Je ne voulais pas que la même chose qu’avec les autres instruments arrive. Encore aujourd’hui, je n’ai pas pris une seule leçon de guitare. Et donc, encore aujourd’hui, la guitare est pour moi un instrument toujours aussi nouveau que la première fois où j’ai plaqué un accord.

J’ai toujours été amoureux de musique et j’ai toujours eu un profond désir de créer la mienne propre depuis que je suis tout jeune. Je ne suis pas un musicien particulièrement doué techniquement, et à ce jour, je lutte encore pour sortir mes idées et les coucher sur enregistrement. Je me vois plus comme un producteur qui peut « voir » un morceau fini dans ma propre tête et ensuite travailler avec d’autres musiciens bien plus doués techniquement qui vont pouvoir le diffuser au monde.

C’est une véritable lutte la plupart du temps d’avoir une vision si fine de ce qu’on veut musicalement. Il peut s’avérer très difficile de trouver les gens qui te comprennent et partagent ce en quoi tu crois. Et j’ai la chance de m’être fait de si bons amis dans la musique, des gens qui sont parmi les personnes les plus talentueuses que je connaisse. Par exemple, mon meilleur ami Tom Harriman, qui était batteur dans Mahumodo et *shels. Travailler avec des personnes aussi occupées peut être parfois dur mais je pense que cette lutte peut ajouter à la saveur et à l’originalité de la musique.

Metal, folk, post-rock… Entre les nombreux groupes de l’écurie Shelsmusic il y a souvent de grands gaps musicaux. Alors, quel est le lien ?

Du son de qualité, original, fait par des gens qui sont AMOUREUX de la musique.

*shels

 

Bon, d’accord. Mais quand on connaît un peu les artistes de Shelsmusic, on se rend compte que la musique peut s’entendre d’une manière quasi-cinématographique. Est-ce que je dis n’importe quoi ?

Non, tu ne dis pas n’importe quoi. (ndlr : merci.) J’ai toujours été à fond de musique de films, d’émissions de télé, etc. Je suis donc naturellement attiré par ces groupes qui ont ce genre de feeling dramatique et même cinématographique.

Connais-tu le film Blood Sweat + Vinyl, Do It Yourself In The 21st Century de Kenneth Thomas ? Il y est question de la démarche de Neurot Records, Hydra Head, Constellations… Penses-tu que Shelsmusic a des choses en commun avec eux ?

J’ai entendu parler du film, même si je ne l’ai pas encore vu. Mais en me référant uniquement au titre, je pense que je peux déjà m’identifier à cette démarche. Nous avons commencé en sortant les premières cassettes et Cds du label handmade. C’était en 1998. Je devais passer des heures à l’imprimerie à couper, coller, copier… et tout ça à la main. On n’avait pas Photoshop, à l’époque. Les gens tenaient à leurs premières copies des Eps de Mahumodo, car l’artwork était aussi important que la musique.

On traitait chaque CD comme une œuvre d’art et ça prenait parfois des semaines d’assembler 100 copies de chaque sortie. Des fois, on utilisait de vraies fleurs et parfumions nos Cds. C’était beaucoup de fun et 14 ans après on fait toujours la même chose, avec le même plaisir !

Par ailleurs, j’ai beaucoup pensé à Shelsmusic quand Aaron Turner (ISIS) dit dans le film que la musique n’a pas à être forcément metal pour être heavy. Que penses-tu de ça ?

Je suis complètement d’accord. La lourdeur est dans le feeling, ce n’est pas un qu’un son (ndlr : meilleure traduction possible de Heavyiness is a feeling, not a sound pour moi). Et certains artistes véhiculent ce qu’ils ressentent via leur travail alors que d’autres ne savent même pas ce dont il s’agit.

Shelsmusic, *shels, Shelstudio… C’est quoi exactement, Shels ? Qu’est-ce qui repose derrière cette identité ?

*shels est une façon de vivre et de faire les choses. Amour, Honnêteté, Créativité, Loyauté, Attention aux détails, éthique DIY… Être Ouvert d’Esprit, adopter une attitude cool envers chaque chose de ce monde, toi-même y compris. L’Amélioration Continue. Apprendre autant que tu peux et partager autant qu’il est possible avec les gens autour de soi.

Qui avez-vous signé en premier sur Shelsmusic ?

Notre première sortie officielle était mon propre groupe, Mahumodo. Notre première signature n’ayant rien à voir avec ma propre musique a été Latitudes.

Mahumodo

 

Question difficile : de qui es-tu le plus fier dans ton écurie ?

Réponse facile : Latitudes.

Le dernier album de Black Sheep Wall (chroniqué chez nous) est sorti via Season Of Mist. Mais ils apparaissent encore dans votre liste. Comment ça se fait ?

Nous avons sorti leur premier album, I Am God Songs, en 2008. C’était un album énorme et nous sommes devenus de très bons amis depuis. Nous n’avions pas prévu de travailler ensemble par la suite mais nous allons pourtant sortir I Am God Songs en vinyl bientôt.

Nos deals ne courent que sur un album. C’est la même avec chacun des autres groupes depuis le début de notre collaboration car nous voulons que les formations puissent changer facilement de label si c’est leur souhait – et ça nous fait travailler encore plus dur si nous savons qu’un groupe peut partir pour un autre label. Donc, nous essayons de ne leur en donner aucune raison, mêm si dans les faits nous ne sommes qu’un petit label indé, et nous savons qu’il en existe d’autres avec bien plus de moyens financiers et de capacités que le nôtre. Mais ça nous rend très fiers et très satisfaits de voir des groupes jusque-là inconnus avec lesquels nous travaillons qui propulsent leur matériel à un autre niveau.C’est pour ça qu’on a commencé tout ça : pour aider les groupes en lesquels nous croyons de diffuser ce qu’ils font au plus grand nombre de paires d’oreilles possible.

Votre dernière sortie, Gods, de Down I Go est vraiment bonne ! Ca me fait penser à du These Arms Are Snakes avec des rythmiques étranges. N’est-ce pas différent de vos sorties précédentes ? Allez-vous sortir plus de groupes qui jouent de cette manière ?

Down I Go sont des amis depuis un petit bout de temps, et nous sommes des fans de leur musique depuis plus longtemps encore… Lorsqu’ils nous ont approchés pour sortir leur dernier EP, c’était juste un honneur que nous ne pouvions refuser. Et c’est l’une des sorties dont nous sommes les plus fiers. Je veux vraiment signer des trucs HEAVY. Par exemple, l’autre jour, je suis tombé sur un groupe de black/death metal vraiment EVIL… Donc, j’espère que ça fonctionnera et normalement nous vous les présenterons très bientôt.

Maintenant, choisis un disque que tu aurais souhaité sortir sur Shelsmusic.

El DiabloWill Haven

Un label que tu admires :

Basick Records

Et un artiste que tu rêverais de signer :

Probablement Meshuggah ou A Winged Victory For The Sullen.😉

Mehdi, moi j’ai terminé. Merci beaucoup. As-tu quelque chose à ajouter ?

Merci ! C’était fun (ndlr : had fun too). Live long and prosper ! Oh et http://youtu.be/J7532GXPnO8😉

 

Propos recueillis par Locust Star auprès de Mehdi.

 

2 réponses à “Mehdi Safa, Shelsmusic : « Heavyiness is a feeling, not a sound »

  1. Pingback: Noriega – Desolo – 2009 | Hear Me Lucifer·

  2. Pingback: Adam, guitariste de Latitudes : « Freddie Mercury est le meilleur frontman au monde  | «Hear Me Lucifer·

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s