Stortregn – Uncreation – 2010

Death metal mélodique from Genève, Suisse
Dispo chez Great Dane Records

Genève. Ah, Genève. Son lac paisible, ses boutiques de luxe, son antenne de l’ONU et son calme légendaires alimentent de nombreux souvenirs auprès de nombreux touristes de par le monde. Ces traits de la cité la rendent séculaire, gravée dans le marbre. Mais qui parlera de sa jeunesse qui se rêvait suédoise ? Qui sortira de l’ombre ces hordes de fans de The Somberlain ? Oui : Quid de ses jeunes talents métalliques tout encloutés des pieds à la tête et qui ne jurent que par le son de Göteburg ? Hein ? Quid ? Ca c’est une question. Et encore une fois, n’aie aucune crainte, petit lecteur chéri. HML est là pour rétablir la justice et faire la lumière sur Stortregn.

The Eye Of Judgement, la première piste d‘Uncreation, plonge l’auditeur d’emblée dans ce death metal mélodique cher à mon coeur. Non, petit lecteur. Non. Ne cherche pas ici un crossover rigolo entre la musette et le grindcore, ni même un concept-album autour de la Critique de la Raison Pure de Kant déclamé en guttural sur un mélange d’indus et de zouk : Stortregn, droit dans ses rangers, s’inscrit droit dans la lignée d’une longue dynastie de formations de death metal à la suédoise. Oui oui, tu sais : ce genre de groupe où, dès la première écoute, on se rend compte que ce sont les guitares qui portent la culotte. Alors il y a de tout, pour tout le monde : Doubles harmonies de guitares, breaks en son clean avec arpèges en mode mineur, leads récurrents, soli très mélodiques, effets-rigolos-de-fin-de-mixage-type-phaser-tiens-y’en-a-un-peu-plus-j’vous-l’mets… Mmm. Non. The Uncreation n’a pas inventé l’eau chaude : Stortregn officie dans un genre que ne renierait pas Jon Nodveidt de Dissection. Enfin s’il n’était pas mort. Car Dissection vient immédiatement à l’esprit à l’écoute de Stortregn, notamment sur la piste éponyme ou encore sur Road To The Land Of Thule qui ressucite l’instant d’une interlude instrumentale le son mythique de la mythique chanson The Somberlain. Des pistes comme Without Return, toute en vélocité et rythmique thrash, rappellent l’urgence mélodique de Dark Tranquillity. Through A Path Of Prevarication évoque, quant à elle, la rage (et les tapis de double pédale) des dernières productions de ces vilains satanistes de Necrophobic. Quelques blasts bien sentis par-dessus tout ça, des hymnes de guitare bien païens et quelques jeux d’effets sur diverses parties font qu’Uncreation s’avale décidément plusieurs fois d’affilée avec plaisir. Et c’est donc un peu la surprise, puisqu’on s’attendait à en avoir une indigestion dès la seconde écoute. Il n’y a pas de secret : le disque est bien équilibré. Simplement. Stortregn évite de condenser les meilleures chansons dès le début pour ne laisser que les déchets de fin de répétition à la fin. Pour preuve : Nocturnal, l’avant dernière piste (place maudite) d’Uncreation est sûrement la meilleure chanson de l’album des Genevois. Rythmiques ternaires et arrangement talentueux sont propulsés par des vocaux et des riffs, ma foi, au top.

Enregistré et mixé par Vladimir Cochet (l’âme gris-foncé de Mirrorthrone et autres joyeusetés black métalliques suisses), on applaudit aussi la production. Uncreation n’a pas à pâlir de la comparaison avec ses aînés. On regrette cependant (parce qu »on a bien trouvé à râler quand même) les vocaux du chanteur, pas naturels pour un franc suisse. Compressée par de nombreux effets, la voix de Romain – puisque c’est son nom – ne joue pas vraiment avec les nuances. D’où un aspect un peu monocorde qui a tendance à la faire oublier. Les guitares, ah ça par contre, tu n’es pas prêt de les oublier. Le disque a probablement été composé par ses deux guitaristes tant la place réservée à l’instrument-roi du metal de Göteborg vous rappellera tour à tour At The Gates, Naglfar ou une pléthore de groupes de swedish death metal. Souvent, donc, au détriment de la basse, reléguée au poste de soutien rythmique.

Oui, je sais, « on s’en fout, c’est la basse ». Enfin quand même. Je ne saurai que trop te conseiller d’aimer les leads de guitare. Sans quoi, Uncreation de Stortregn risque fort vite de te taper sur le système.

Locust Star

Site du groupe
Stortregn @ Myspace

Wanna speak ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s